JOUR 2 : L’arrivée, l’acclimatation et surtout, la troisième guerre mondiale contre le sommeil.

Toujours dans l’avion, la nuit fut courte mais plus agréable qu’anticipée, gracieuseté de mon coussin commandité par Natation Canada! Je me fais réveiller par mon déjeuner, un pain au banane jaune chimique, extra sucré, mais extra bienvenu. L’heure de l’aventure a sonné.

Troisième constat : holy sh*t, les mademoiselles hollandaises sont grande !

Une déléguée du comité d’accueil nous attend à la sortir de l’aéroport. Sans farce, elle mesure quelque chose comme 6 pieds 4. Au Québec, j'aurais dit qu'elle détonne dans le paysage… mais ici, pas tant que ça. Cela m’amène à penser que nous avons une équipe de s5 (joke de paralympique, normal que vous ne compreniez pas).

Ok, trêve de blague, on embarque dans un bus partagé avec les amis américains qui sont tous faits sur le même frame : les filles sont blondes, petites, tous tannées et probablement des brutes de fréquences. Les gars eux sont filiformes, n’ont pas l’air de nageurs pour deux cennes mais feraient probablement l’équipe olympique canadienne. Finalement, les coachs sont tous pas mal bedonnants, arborent des lunettes Oakley et la moustache style « gasket ». J’adore les préjugés et les généralités.

Bref, nous voilà en route pour notre hôtel… Le paysage ressemble pas mal à ce qu’on retrouve sur la 20 entre Montréal et Québec à hauteur de Farnham. Des pâturages, des vaches et une petite odeur de bouse. Des fois ici, y’a un moulin à vent et quelqu’un qui joue de la cornemuse sur une roche avec sa chèvre, mais c’est tout.

Arrivée à l’hôtel, on dépose nos bagages, coach Michel nous fait une petite entrée en la matière, un bon speech à la Coach Alex qui met l’emphase sur « manage yourself », « we want you to have a good experience » et surtout « drink water ». Je suis comme un poisson dans l’eau.


Buffet time... et une sauçette dans le lac!

Le paradis sur terre a maintenant un nom : l’hôtel Askerloof. Petites boulettes de viande, poulet tandoori, fromage, légumes (honnêtement, ils avaient d’lair bons, mais je n’avais pas de place dans mon assiette), pâtisserie. Miam. All free, all you can eat. Thank you Canada.

Direction le lac où se tienne les championnats européens en eau libre et d’ici quelques jours, le Championnat du monde en eau libre pour les juniors ! Un bon 45 minutes de route qui se résume en un combat perpétuel contre le sommeil, ce salaud.

Nous arrivons finalement au lieu de compétition, un peu beaucoup repu de fatigue. Ce que j’aime déjà ici, c’est l’ambiance qui règne… toutes les équipes présentes dans le bus (Australie, États-Unis, Italie, Équateur, Nouvelle-Zélande et Japon) s’observent un peu, mais également, partage cette fébrilité de l’inconnu. Chaque action ici est empreinte de curiosité et d’appréhension. C’est cool.

Pour les jeunes, c’est le temps de sauter à l’eau pour tester une partie du parcours. Tous enfilent leur maillot dépareillé frappé de la feuille d’érable pour faire un premier tour sous le regard attentif de l’équipe de soutien. Coach Michel nous invente un mini-entraînement pas mal on the fly. 35 ans d’expérience, ça ne s’achète pas. Il improvise quelques éducatifs et rassemble tout le monde et s’est parti. Malgré l’eau à 19,5°C, les jeunes ont du fun.

Ce petit entraînement d’une quarantaine de minutes fait grand bien à tout le monde. C’est le temps d’aller souper et surtout, d’aller dormir ! De retour au bus donc… pour attendre nos amis italiens qui visiblement, ne sont pas sur le même fuseau horaire. Je profite des 60 minutes (45 de base + l’extra 15 minutes de trafique) pour jaser avec Nathan, le massothérapeute de l’équipe. Nous jonglons entre le français et l’anglais, des discussions sur mon approche comme entraîneur et son rôle comme support staff dans une équipe de développement. Grand parleur que je suis, cette discussion repousse momentanément mon envie de dormir.

Arrivée à l’hôtel, pas trop compliqué. On soupe en silence parce que tout le monde est sur le point de crever de fatigue… Coach Ken Mckinnon présente les membres de l’équipe et bang!

Let’s hit the bed à 20h pour un 10h bien mérité

J’ai du fun, beaucoup de fun.

#Hoorn2016