La série #EnRouteVersRio2016 se poursuit avec la paranageuse Sarah Girard, également appeler ParaGi par ses coéquipiers – mais surtout son tannant de coach qui prend le micro pour lui poser tout plein de questions dans cette entrevue fleuve. Vous en apprendrez beaucoup sur le monde de la paranatation, la condition de Sarah ainsi que ses objectifs personnels. Bonne écoute, et bonne lecture.

Le parcours de Sarah est pour le moins atypique. N’ayant pas un handicap très lourd ni même très visible, elle est passée « sous le radar » de la paranatation pendant plusieurs années. En fait, à l’occasion d’une visite de routine pour des douleurs aux genoux, sa physiothérapeute de l’époque, Rebecca Gagné, remarque un manque flagrant de flexibilité et de force des membres inférieurs du côté gauche de Sarah… et boom! S’en suit une rapide et périlleuse ascension dans les plus hautes sphères de la paranation.

Depuis peu reconnu et officialisé comme nageuse SB9 – elle ne peut donc nager que de la brasse au niveau paralympique, son handicap ne la limitant pas réellement pour les autres styles – Sarah est solidement ancrée dans sa démarche vers l’excellence. Après avoir vécu l’ivresse d’une finale au Championnat du monde à Glasgow, elle a enchaîné avec des Jeux Para-Pan-Américain plus difficiles l’été dernier. Un deux mois fort en émotions et en apprentissage dira-t’elle!

Lors de ses premiers essais olympiques, la jeune sensation de la natation paralympique canadienne s’enlignera pour le 100m brasse au deuxième jour de compétition. Ajustez votre magnétoscope à l’avance, car elle compte bien franchir la distance dans un temps record… un temps qui allongera son été jusqu’à Rio pour les Jeux paralympiques!

Voilà, n’hésitez pas à suivre Sarah sur instagram… elle nous promet d’être plus active d’ici aux Essais pour nous faire vivre l’enivrement d’une sélection nationale.

Bonne chance la p’tite, nous sommes tous derrière toi!

Pour vous procurez des billets et assister à l’événement, suivez le lien ici-bas!